Journal

Daryatcheh-ye namak (Lac Salé), Iran.

Camp de base de la face sud du mont Démavand, Iran

………………………. L’IRAN, UNE TERRE A REDÉCOUVRIR ……………………….

Entre montage sacrée et somptueux déserts, entre plateaux verdoyants de la Caspienne et massifs millénaires du Zagros, l’Iran est un pays fascinant à redécouvrir.
Au nord, longeant le littoral de la Caspienne, il y a les étapes légendaires de la Route de la Soie, entre Tabriz et Machhad, cette dernière porte d’entrée de l’Asie Centrale et de la fameuse Transoxiane (anciennement Sogdiane). Dominant ce passage vers l’est se dresse à 5 671 m. le Demavand, volcan sacré de l’Iran et le plus haut sommet du Moyen Orient.
Au centre deux fameux déserts se déploient formant une dépression aux bords de laquelle ont pris naissance des cultures spécifiques et des architectures remarquables, le Dasht-e Kavir et le Dasht-e Lout.
En bordure de ces déserts se dressent les oasis devenues villes impériales et villes de légendes dont Ispahan, archétype même de la cité des Mille et une Nuits.
Tout au sud, passés les grands sites archéologiques de Suse et de Persépolis, on parvient aux côtes du Golfe Persique qui ont vu naître les légendes des grands navigateurs faisant commerce depuis ces rivages vers les eaux de la mer Rouge ou de l’océan Indien.
En Iran, tout est à redécouvrir, pour peu qu’on ne cède pas aux réflexes de peur et aux préjugés entretenus par une certaine presse adepte de sensationnalisme, qui fut aussi aux ordres de la propagande ayant préparé les esprits à l’occupation brutale de l’Irak par les Américains et les Anglais.
Hier cette invasion se fit au nom d’une réponse à la menace de supposées armes de destruction massive. Aujourd’hui cette même presse n’hésiterait pas à encourager une telle agression en Iran au nom de la protection de la région contre de supposées menaces provenant de l’arme nucléaire.
Pétrole et position stratégique en Irak, pétrole et position stratégique en Iran… On dit que l’histoire se répète. En politique la vérité est à lire toujours entre les lignes des gros titres de la presse et des communiqués des états en quête de préserver leurs marchés et leurs positions dominantes. Savoir aller au delà des apparences est aussi une manière de résister.

>> Cliquer sur les photos pour voir le diaporama

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Sur les traces d’Albert

Dans la presse comme ailleurs, les affaires commandent
Il en faut des ruines, des morts, pour qu’on entende

Le cri des opprimés à la une des journaux
Les titres de la presse aux mains de tyranneaux

Ne servent que les puissants. Rares sont ceux de la race
D’Albert*… dont quelques uns parfois suivent la trace

Pour marcher sur ses pas, à Reza il lui plaît
De porter partout la plume dans la plaie

Albert Londres, personnalité exemplaire dans l'histoire du journalisme

* Albert Londres (1884 – 1932), journaliste français, dont la fameuse maxime (« Notre métier est de porter la plume dans la plaie ») résume la ligne de conduite, telle qu’il la conçoit, de ceux qui ont choisi de faire du journalisme leur métier.

Reza Afchar Nadéri
Paris, le 16 novembre 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>