Poésie d’ailleurs

Poème composé en hommage au travail artistique et engagé de Mustapha Boutadjine, à l’occasion du 50ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

L’étranger n’est jamais celui qu’on imagine
Même si quelques fois quelques accents étranges
Se glissent sans façon dans des noms qui dérangent
Ainsi que portés par Mustapha Boutadjine

Il y a des rancœurs qui germent en aparté
D’une rive à l’autre bien des destins se croisent
De Marseille à Alger on s’observe, on se toise
Où pèsent les ténèbres ? Où reluit la clarté ?

Le temps n’a rien changé au poids des origines
Il est de lourds mensonges sans cesse recomposés
Reza y reste sourd, il choisit de poser
Ses pas dans les pas de Mustapha Boutadjine

Nul n’a jamais choisi où il naît où il meurt
Il est de lourds noyers que le vent déracine
A chaque coin de douar on tue, on assassine
On étrangle des voix, on étouffe la rumeur

Parfois, à tire d’aile, un vol de sauvagine
A l’heure des migrations, année après année,
Croisant dans notre ciel par la Méditerranée
Suit le droit sillon de Mustapha Boutadjine

Il est de noirs tableaux qu’on tente d’effacer
Mais l’esprit qui libère la graine au gré du vent
Veut que l’homme où qu’il aille poursuive de l’avant
Les chemins qui dénoncent les crimes du passé

Le mensonge est toujours plus lourd qu’on imagine
Mais mon bréviaire à moi, léger comme un qalam
Ainsi que des flocons suit les fragments de l’âme
Collés par les doigts de Mustapha Boutadjine.

Reza Afchar Nadéri
Poème dédié à Mustapha Boutadjine
Magicien sans pareil en l’art du collage.
Composé à Paris le 17 janvier 2012

————————– ••• ————————–

Traduire en poésie les soubresauts de l’histoire provoqués par les mouvements populaires du Maghreb et du Proche-Orient ne saurait faire l’économie d’un souffle puissant. C’est par un tel souffle que ce poème voudrait rendre compte de la nouvelle saison historique du printemps arabe.

Écoute où que tu sois le chant de ceux qui vivent de l’air dont se nourrit l’esprit
On dit qu’un vent de liberté souffle après bien des lustres à l’aune d’un continent
Sur une terre damnée léguée de despote à despote aux crimes culminants
Aujourd’hui c’est sur la paume saignante des peuples qu’on l’a appris

Il n’en faut pas beaucoup parfois pour que se répande la marée, juste une goutte
Un grain de sable dans l’engrenage de monstres manœuvrés par l’autre monde qu’on dit libre
Une main nue seule dressée devant l’acier froid des chars qui grince et qui vibre
En tout dernier c’est devant le tyran qu’ainsi la révolution se met en route

La goutte enfante la marée et c’est un océan qui sous nos yeux se déchaîne
On prétend chez nous que l’on n’avait rien vu venir ni rien soupçonné mais on nous ment
Leurs frontières grandes ouvertes comme dans un moulin on y entrait à tout moment
On dit n’avoir vu partout que prospérité, qu’on avait sous-estimé la haine

Ainsi au fil des ans à mesure que les affaires se font ici et prospèrent ailleurs
Entre des mains insatiables devraient-elles pour cela semer le meurtre et la torture
La liste s’accroît des manquements à l’homme, sur le fumier des forfaitures
Pousse la gangrène, en ce jardin où l’on cultive nuit et jour les fruits du désespoir et de la peur

Pas de compte à rendre pour le tyranneau sinon au grand frère sévissant Outre Atlantique
Aux commandes ce sont de nouveaux Césars leurs culs gras derrière les bureaux lustrés de la finance
Ils tiennent pour nous les comptes, n’en rendent à personne, cultivent la rémanence
D’un pouvoir sans visage ni conduite sinon celle du gain aveugle et frénétique

C’est depuis leurs immeubles d’acier lisse aux façades transparentes comme le verre
Que ces despotes sans foi ni loi derrière quelque sigle se dissimulent
Leur empire ne connaît pas de fin leur soif insatiable de possession accumule
Les richesses placées qu’on le veuille ou non sous le règne du billet vert

Entre eux ils jouent aux dés le destin de milliers d’hommes que la terre engloutit comme par accident
Ils volent comme de noirs corbeaux au secours d’un de ces pays indigents que l’on dit ami
Portant dans les valises de leurs hommes de loi la chirurgie terrible du FMI
Entre leurs doigts ils broient, comme on le ferait d’une coquille inutile et vide, leur propre président

Ces nouveaux Moloch n’ont plus que faire du déluge de feu que leurs armées déversent aux points cardinaux

C’est avec d’autres méthodes bien plus viscérales qu’ils peuvent tenir les cinq continents

Elles se nomment dette insondable, disette, travail sans règle ni principe, crédit permanent
Alliances meurtrières, contrats de servitude, dont on porte les chaînes ou bien l’anneau

Les indépendances n’auraient donc été qu’illusions pour qu’ainsi sévisse l’esclavage
C’est l’étranger qui par son débiteur vous dicte ce qu’il faut cultiver sur vos terres
Ce qu’il vous faut payer avec le peu que vous laissent les crises planétaires
Alors que tout autour s’embrasent les prix par la sacro sainte loi du commerce sauvage

Jusqu’au jour où ceux-là même poussés vers le gouffre par le geôlier président
Mettent dans la balance jusqu’à leur propre sang devant l’adversité
Car le peuple qu’à l’envi on rabaisse aura toujours faim et soif de dignité
Son cri fait trembler sur le socle l’atavique indifférence de l’Occident

Depuis longtemps forts de nos aveuglements nous avons gardé le silence
La force brute que l’on assène sur les membres rompus sévissait à chaque carrefour
Entre le Delta du fleuve et la Cité des Morts, c’est dans le calvaire des faubourgs
Que régnait sans partage la pauvreté, cette dernière pire que toutes les violences

Nous le savions pourtant le sort des miséreux en ces lieux car enfin

Rien n’était plus troublant que la tragique absence du lait, des œufs, de l’huile

Rien n’était plus limpide que les fantômes décharnés ne tenant qu’à un fil
Nul hormis le sourd n’aurait nié avoir eu vent des émeutes de la faim

Nous savions comment la cohue le matin se presse et se piétine sous une fenêtre de fer

Qui parfois s’entrouvre pour quelques galettes vers les mains sèches tendues
Puis se referme à la seconde devant la foule, l’écume à la lèvre, la voix suspendue
A ces mots – toujours les mêmes – frappés comme au coin d’un heurtoir de l’enfer :

« Ya Ahmed ! Ya Ahmed ! Ouvre ! Ouvre Ahmed et donne-nous le pain ! »
Des os craquent, il en est qui s’évanouissent sous la poussée de la foule devenue ivre
Au-dessus des têtes, au bout des doigts on voit flotter çà et là des billets d’une livre
En deux mots le destin tracé par l’occupant n’est autre qu’ainsi on vous le dépeint

Ce dernier, jamais on ne le dira assez, expert en toute sorte de camouflage
Au plus fort de la mêlée, reste absent sous son veston aux teintes ternes
Il a l’art et la manière de vous faire prendre les vessies pour des lanternes
Il œuvre pour son compte dans le dos du tyran sans parade ni le moindre étalage

Comment comprendre autrement le long silence qui perdure à son égard ?

On défile contre la marionnette, on vocifère les slogans répétés comme un sésame
On oublie le marionnettiste, sa main et ses ficelles, jusqu’à son nom… l’Oncle Sam
Or ce dernier vers un pantin tout neuf déjà dirige son regard

Pas un mot n’est lancé contre le pourvoyeur d’engins lugubres dont la menace sur vos têtes pèse
Cet attirail qui vient à propos dit-on stabiliser une région
Il y a là de quoi occuper longtemps bien des colonnes et des légions
De tels jouets de morts s’appellent char M101 Abrams, missile Patriot, chasseur bombardier F16

Sa tête à des lieux du théâtre des troubles il a les pieds bien plantés ici
On aimerait qu’il les pose ailleurs désormais, à charge pour nous s’il le faut de mourir
C’est le mot à faire passer depuis les bords du Nil jusqu’au cœur de la place Tahrir
Que notre futur ne se joue plus jamais entre Pentagone et Washington, D.C.

Et l’on dit partout que ce n’est plus qu’affaire de jours pour que les châteaux de cartes
S’écroulent sous les coups de boutoir des peuples par un vaste effet domino
Pour que se redressent en cette décennie nouvelle damnés de la terre et marginaux
De leurs poitrines s’élèvent des chants qui répètent une même chose : «On veut qu’il parte»

A de tels chants Reza joindra le sien car il sait que l’homme au fond de ses gênes
Garde jalousement un air sacré qui des tourmentes et de l‘orage n’a rien à craindre
Un air telle une flamme immortelle qu’aucun vent ne sait faire vaciller ni éteindre
Il la nomme voix divine, poésie, parole libérée… ou encore… son dernier oxygène.

Reza Afchar Nadéri
Paris, le lundi 7 février 2011

Poème déclamé en mer lors du Festival international de poésie
« Voix Vives de Méditerranée » à Sète en juillet 2011.
Pour voir la vidéo >> http://youtu.be/wn6FDvSPiRY

Remerciements à Cécile de Bournet pour la mise en ligne.

2 Responses to Poésie d’ailleurs

  1. patouillard says:

    bonjour reza, j’espere que vous etes bien rentrer sur paris. Merci encore pour ce week-end de bonheur. A l’année prochaine j’espere sur saint martin dheres. FRANCOISE ET FARID

Répondre à patouillard Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>