Kate & Wills Slam

Retour sur le mariage princier, une fois retombée l’enthousiasme populaire et la frénésie des médias. Voici un slam fleuve (430 vers !) à la mesure de l’événement. Irez-vous – non sans quelques éclats de rire – jusqu’au bout de ce marathon poétique ?


Vraiment je suis ravi, une étoile vient de naître
L’affaire chez les British menée de main de maître

Dans le chaos du monde on vous met sur la table
Un modèle de bon goût aussi envié que stable

Les Windsor, ainsi, remettent le couvert
La news fut accueillie partout à bras ouverts

La critique people à donfe est sur les dents
On voit se dessiner le vœu le plus ardent

Du bon peuple anglais ! Du siècle voici l’mariage
Du prince et d’la bergère… ce n’est plus un mirage

On se sèche les larmes, on exulte, on soupire
Un jour nouveau éclaire les enfants de Shakespeare

Avec dans tous les cœurs une interrogation
Mêlant l’angoisse, l’attente, la fièvre et la passion

Voici ce qu’on s’disait jour et nuit dans sa tête :
« To be or not to be… invited… à la fête » ?

Kate, de son surnom, c’est la star au pays
Son destin ça vous bluffe, ça vous laisse ébahi

Son mariage princier c’est un must du chic
Devant autant de faste j’en avale ma chique

La promise désormais au Royaume est unie
Paraît qu’elle est issue d’un milieu démuni

Roturière, elle se lie – quel destin fabuleux ! -
Au jeune prince William, irrigué de sang bleu

L’occasion pour Reza, une fois n’est pas coutume,
Dans le style adéquat d’en tailler le costume

Oyez donc bonnes gens sa mondaine chronique
Où l’cirage et la brosse le cèdent à l’ironique

Le jeune prince surnommé « Wills » est le chouchou (1)
De la presse tabloïde où l’on s’est pris le chou

Pour avoir la primeur des détails du mariage
Alors qu’entre télés la bataille faisait rage

Moi-même sur la question j’ai mené mon enquête
Avec sur la toile force prises de tête

A des heures indues. En voici le bilan :
Le schéma est banal. C’est clair, bon an mal an !

N’ayons pas peur des mots tout c’tintouin, ce barouf,
Toute la pub qu’on a fait dans un décor de ouf

Et tout l’tralala rythmé à grand coup d’trompe
C’est l’reflet d’une famille à côté d’ses pompes

Qui fait d’la poudre aux yeux son beurre et son business
Dans une ambiance de joie, de liesse et d’happiness

Dans cette stratégie on s’applique avant tout
Avec la reine en tête flanquée de ses toutous

A jouer à la fois un jeu hautain et cool
Pour en mettre plein la tronche au peuple et à la foule

Au-dessus de tous mais à portée de main
Des clowns couronnés se donnent un air humain

Et quand ils daignent bien s’mêler au populo
Faut qu’ça se sache partout, ça donne dans le mélo

Ainsi y’a quelque temps on a su qu’le jeune prince
A fait quelques BAs, on l’admire on en pince

En allant bosser quelque part au Chili (2)
De récurer les ch… ça l’a pas avili

Le Wills pour la bonne cause il veut bien s’abaisser
Pour faire comme tout l’monde, à torcher les WCs

Devant tant de courage on l’kiffe on est ravi
Sauf que – ça va de soi – la presse l’avait suivi

Y’en a eu du monde à l’cadrer dans ce trou
A l’suivre ici et là, partout où il s’vétrou (3)

Le jeune prince s’la joue genre humble et terre à terre
Devant les objectifs d’AFP et d’Reuters (4)

On l’voit porter du bois, on l’voit planter un clou
Rien laissé au hasard, rien qui tombe dans le flou

Ça c’est d’la vraie com : modeste mais… m’as-tu vu
Dans son plan « charity » il y a rien d’imprévu

Kate a fait pareil à quelques mois d’écart (5)
Un peu comme par hasard, sans se donner rancard

Décidément ce bled c’est l’Koh Lanta d’la haute
Entre British bien nés on s’y retrouve sans faute

Dans la foulée faut dire que le pauvre chéri
Cette année-là en a fait d’autres dans la série

Du Belize à Rodrigues dans l’océan Indien
On apprend qu’il a changé de méridien (6)

Pour connaître « la vraie vie » il s’est carapaté
Devant autant d’audace on en reste épaté

Le Sun s’en fait l’écho, Wills c’est sa marotte,
C’est son dada depuis qu’il est en couche-culotte (7)

Du prince dans les journaux on en bouffe à l’année
Avec lui je m’retrouve souvent au nez à nez

Sur l’écran d’mon poste. Il a toutes les tenues
Dans l’info on l’commente, de près, par le menu

En pilote d’hélico ou bien chaussant des skis
L’aut’ jour avec sa meuf, on trouve ça fort exquis

Et chacun y va de son p’tit commentaire
Tout ému par l’allure de c’beau célibataire

Quoique… il m’arrive qu’en tenue d’cavalier
Je lui trouve un air qu’on pourrait bien allier

Pour cause de dentition au genre… équidé
C’est son sourire qui m’a suscité cette idée

Un beau gosse vraiment ? Faut-il qu’on apprécie
Son caillou bien atteint par quelque calvitie ?

Mais qu’importe, le blé ça vous rend fort et beau
Un boudin plein aux as prend des airs de bimbo

Et la Kate elle-même qu’on dise qu’elle est gracile
L’adjectif me paraît gratuit, par trop facile

Quand elle porte le jean j’en vois pas bien les plis
Because que son fute est plutôt bien rempli

Mais tout ça ne s’rait rien sans tout ce cinéma
Ce cirque d’un autre âge qui me f… l’eczéma

La reine se donnant en spectacle la première
Dans ses robes flashies dans l’rôle de bonbonnière

Elles sont rose fuchsia, turquoise ou canari
Je m’tiendrais en retrait si j’étais son mari

Ça crache ! Ça c’est sûr que c’est pas d’la moumoute
On la repère de loin la nuit sur l’autoroute

On la dit populaire mais faut p’têtre pas pousser
Au vu de l’étiquette tu peux à peine tousser

T’attends qu’elle te cause, c’est elle qui donne la perme
Si elle recule d’un pas et sourit… tu la f… (8)

Avec le protocole y’a d’quoi faire un roman
Le manuel c’est relou, l’étiquette assommant

Sauf bien entendu pour ceux de la gentry
La jet set, les peoples, t’en a vite fait le tri

Et la marée des bofs, c’est clair my dear Watson
Ils font partie du lot, du father jusqu’au son

Chez ces derniers déjà les paris sont lancés
Sur la couleur des robes certains ont avancé

Que la reine portera telle teinte pour l’occasion
D’autres sur celle de Kate donnent des précisions

Y’en a qui misent gros sur qui fondra en larmes
Chez les proches des époux. D’autres sonnent l’alarme

Les chiffres à l’appui on les entend jurer
Promis, signé, craché, que ça va pas durer

On s’occupe comme on peut. D’éminents spécialistes
Sur des questions si graves, vous en dressent la liste

Dans les milieux branchés, des blondes platinées
Très au courant des faits viennent y fourrer leur nez

Mais la question majeure, le cheval de bataille
Sera surtout d’savoir si elle sera de taille

Cette nouvelle princesse de remplacer Diana
Car ça c’est du grand art, c’est pas d’l’artisanat

Certains pour l’occase, sont promus consultants
En matière conjugale de rois et de sultans :

« Il faut qu’ils restent eux-mêmes disent-ils très réfléchis
Natures, comme ils le sont et sans faire de chi-chi »

De tels propos relèvent d’la haute philosophie
On espère qu’ils sauront bien les mettre à profit

Voici ce qui occupe la plèbe et les manants
On s’croirait dans une salle de ciné permanent

A l’écran on vous passe, en boucle en guise de news
L’idylle des tourtereaux au collège Saint Andrews

C’est là que la bergère a rencontré William
Qui pour les yeux d’la belle lui a vendu son âme (9)

Sauf que dans ce bahut spécial gosses de riches
Le conte de fée n’tient plus, même que ça sent la triche

A l’attention des pauvres je l’dis sans mauvaise foi :
Faire des cadeaux gratuits c’est pas l’genre des rois

Les parents de l’élue roulent sur un paquet d’thune
Elle n’a pas à rougir de sa propre fortune (10)

Du coup dans cette affaire le mythe de Cendrillon
Ne peut être gobée que par tous les cou…

Qui pourraient – ça rassure ! – à elle s’identifier
Les histoires de bonnes fées vaut mieux pas trop s’y fier

Même si ça vous transporte. D’ailleurs on fait tout pour
Des invités de marque chaque jour on fait le tour

Y’aura bien sûr comme d’hab les têtes couronnées
Les friqués d’la planète et des âmes bien nées

Et d’autres abonnés aux splendeurs impériales
Des artistes et des noms d’envergure mondiale

Des sportifs idem et des stars du show biz
On les passe à la loupe on en fait l’analyse

Parmi les plus connus Beckham (11), Elton John (12)
Ce dernier pour la cour en fait toujours des tonnes

Je me souviens d’ailleurs qu’à une autre occasion
Plus triste néanmoins et pleine d’effusions

Il exerça son art, reprenant un vieux thème,
En tant que recycleur d’hommages post-mortem (13)

Mais… the show must go on ! eh oui, ya qu’ça de vrai
On s’en f… que l’bon grain se mélange à l’ivraie

Où que tu tournes la tête, où qu’tes yeux tu les tèjes (14)
Ce n’sont que défilé et royal cortège

Sonnez fort trompettes et vous roulez carrosses
Au besoin relayés sur roue par quelques Rolls

On vit dans un monde où rien ne doit faire tache
On va beau, bien sapé, sous l’déluge des flashes

Où en est-on enfin depuis la nuit des temps ?
L’homme toujours boursouflé, toujours de lui content

Ecoutez donc plutôt tous ces titres ronflants
Sur le champ de l’humain qui sonnent bien gonflants

Habitant quelques têtes exsangues et fins de race
Je croyais qu’des Nemrod (15) on n’avait plus la trace :

« William Arthur Philip Louis Prince de Galles » :
Avec un nom pareil on sent plus son trou d’b…

Y’a quatre ans – le genre de truc qui monte à la cafetière –
Il a été nommé à l’Ordre de la Jarretière (16)

Sa mamie, comme ça, lui fait quelques gâteries
Entre eux, des médaillés y’en a toute une batterie

Ces charges, distinctions, ces titres qui font pouet-pouet
Pour trimballer tout ça il faut une brouette

Ils sont ployés sous l’or, le velours et l’hermine
Noyés sous plusieurs couches ils ont de drôles de mines

Je m’demande ce qu’apportent de telles singeries
Prenant tout au sérieux je n’en pleure ni n’en ris

Mais quand je revois la liste des invités
Il en est un quand même un où j’veux bien m’arrêter

Dans l’église il paraît qu’on a vu la bobine
De Rowan Atkinson, alias Mister Bean (17)

Pour le reste le show off, la parade ça y va
Ça mérite pour le coup d’en revoir le canevas

J’en r’viens pas que l’homme doive encore s’incliner
Devant l’homme son semblable : le geste n’est pas inné

On laisse derrière nous des siècles de sujétion
J’irai droit au but, sans biais ni digression

« Peut-on parler de droits avec un roitelet ? »
C’est à cette question-là que je m’suis attelé

L’empire colonial ça date pourtant d’hier
Mais y’en a qui le citent encore dans leurs prières

Et d’autres qui veulent pas virer de leur mental
La Compagnie anglaise des Indes Orientales (18)

Ils croient au Père Noël, on leur sert du vent
Scotchés au passé ils vont pas de l’avant

Ajoutez à cela un respect sans limite
Pour le bluff et l’esbroufe… on s’en mord la b…

« Les rois sont au-d’ssus d’nous ?»  Ils en sont convaincus
Tout au fond de chaque homme il sommeille un lèche-c…

Ils raffolent du décor, des grands orgues, des drapeaux
Des sceptres longs comme ça, ils travaillent du chapeau

De chapeaux d’ailleurs y’a toute une collection
Qu’on déballe à chaque fois : ça fait une attraction

Toutes les meufs bien nées en portent d’incroyables
Par leurs tronches en pot d’fleur elles sont identifiables

Faut que l’peuple s’amuse, c’est une vieille politique
En voici sous les yeux un exemple pratique

Sauf qu’il est d’autres points qui paraissent moins marrants
L’austérité, l’chômage c’est pas si hilarant

Il y a peu ça chauffait avec les étudiants (19)
Dans la rue y’en d’autres pour pas finir mendiants

Qui s’attaquent aux symboles haïs d’la finance (20)
Ça fiche mal dans l’concert cet air de dissonance

Le contexte on r’connaît en haut lieu qu’c’est morose
Mais l’mariage dit-on f’ra voir la vie en rose

Et chacun y va d’son laïus pour montrer
Que l’pays en c’moment peut pas mieux rencontrer

Comme… actualité. C’est une belle éclaircie
Pour le moral c’est bon, ça tombe bien Dieu merci !

Chacun oublie son spleen, on pense à l’avenir
Une manne royale va bientôt survenir

Car à part le coup d’pêche que ce mariage apporte
Sur le plan du business vont s’ouvrir d’autres portes

Avec le tourisme et les produits dérivés
Le commerce s’ra boosté on n’saurait mieux rêver

Le royaume va avoir un look de Disneyland
Tout le monde est aux anges, tout le monde il en b…

Pour montrer que l’alliance est plutôt un bon plan
On annonce des rentrées qui vont doublant, triplant

Malgré que la couronne ça coûte aux citoyens
Pour rentrer dans ses fonds on s’en donne les moyens

Et l’on renvoie la balle à toutes les méchantes langues
Qui sur le gaspillage y vont de leur harangue

Des experts vous démontrent ainsi par A + B
Que Kate c’est un bon plan, que ça vous laisse bouche bée

Et que l’opération va renflouer les caisses
On vous fait le calcul du comment et du qu’est-ce

Tout ça c’est très logique. On apprend au passage
Que chez nous au pays on n’est pas aussi sage

Qu’on desserre facilement les cordons d’la bourse
L’Elysée coûte plus cher qu’il paraît en bout d’course

Et qu’en France sous les ors de notre République
Les comptes sont moins bons, voire même plus bord…

Dont acte ! Moi j’suis d’accord qu’on serre aussi la vis
A la bande à Sarko qui flambe comme je p… (21)

Sauf qu’en France jamais un fiston du Président
Côté argent public laissera traîner ses dents

Mais on parle pas que d’ça, on cause de royauté
Par des valeurs d’église et de fric noyautée

Les rois chez nous faut dire que l’peuple en a soupé
Le tout dernier d’ailleurs la Veuve (22) l’a pas loupé (23)

Alors que là-bas les fantômes du passé
Les British les réclament, ils en ont pas assez

Ils leur servent la soupe, de beaux rêves on les berce
C’est dans une vieille église qu’ils ont leur fond d’commerce

Ça s’passe à Westminster où les rois sont sacrés
Ce rite dans les esprits est toujours bien ancré

Même qu’en d’autres périodes les lois de leur église
Atteignant des sommets qui parfois vous les brisent

Ont pu déposséder un roi de sa couronne
Il s’agit d’Edouard qui renonça au trône

Pour cause de mariage avec une divorcée (24)
Il a dû abdiquer, puis contraint et forcé

Dire adieu au pays, se casser en exil
C’est en France chez nous qu’il a trouvé asile

Eh oui la tradition ça ne manque pas de charme !
Devant elle, à genoux, il faut rendre les armes

Se soumettre aux règles d’une bande de fanatiques
Intolérants, bornés, à l’esprit schématique

Qui pour mieux faire passer leurs dogmes et leurs préceptes
Se font leur cinéma. C’est comme ça qu’on accepte

Les pilules amères, qu’on se laisse emballer
Par l’éclat mensonger de fastes étalés

Tout le monde est prêt ? Silence… Moteur… Action !
C’est r’parti pour une méga démonstration

On s’croirait carrément au festival de Cannes
Mais non frérot c’est l’show de l’église anglicanne !

Dans c’t’église il m’arrive, hors les jours de fête
D’aller y traîner vers le coin des poètes (25)

Et là je m’incline devant le monument
D’Oscar (26) qui mourut dans l’parfait dénuement

Celui-là mérite qu’on l’salue, qu’on s’incline
Sa fin déclenche en moi un flot d’adrénaline

C’est l’symbole du combat contre les idées reçues
Se brûlant les ailes dans une voie sans issue (27)

Cet archange repose chez nous au Père Lachaise
Les beaux esprits d’vant lui éprouvent plus d’un malaise

Or pour moi, sans nul doute, dans la vaste abbaye
Ce flambeau de l’esprit en son temps si haï

Eclaire la cathédrale d’une toute autre lumière
Plus vive et plus sincère que toutes les prières

Et les feux d’un seul jour autour d’une paire de gosses
Car les rois et les princes devant un tel colosse

Ne sont pas grand chose, tout juste des crapauds
Pour peu que l’on préfère le sincère au pipeau

Mais c’qu’on dévoile au monde sous les feux de rampe
C’est un balcon sous l’quel on attrape quelques crampes

Sous la poussée d’la foule à vouloir l’approcher
Les bonnes places sont chères il faut vous accrocher

Pour être au premier rang de Buckingham Palace
C’est là sur le balcon que va briser la glace

Entre la meuf et son prince grâce à un geste tendre
On voit des milliers de regards se pendre

A ce moment crucial. Ils réclament le baiser
Diana l’a déjà fait, ceux-là vont-ils oser ? (28)

Au finish ils le font, non pas one time mais two
Adieu l’étiquette, ces jeunes ils bravent tout

Après avoir reçu en l’église leur onction
Par ce kiss ils déclenchent une vraie révolution

On s’met au goût du jour, c’est « in », on innove
On peut tout se permettre une fois qu’on est « in love »

Peut-être même que l’suivant ira encore plus loin
J’veux parler de Harry, aujourd’hui le témoin

Du mariage du frangin. Ce s’rait le big-bang
Si en plus du kiss il y mettait la langue !

Franchement on voit de tout. Pour rev’nir aux mariés
Ils n’en sont plus là. Personne n’est contrarié

Qu’ils aillent jusqu’au bout. Car la chose est publique
Qu’ils s’étaient d’jà « connus »… j’veux dire… au sens biblique

Bref ! On en est là. L’affaire est consommée
On veut des rois et reines ? Il faut les assumer

Pourtant l’mariage d’avant c’tait pas une réussite
C’est dans des cas pareils qu’la modestie incite

A ne pas en faire trop. Malgré ça on vous montre
C’qu’on veut bien vous montrer. Le négatif par contre

On vous l’cache soigneusement pour pas faire de vague
On en reste aux serments, aux échanges de bagues

Malgré ça on sait bien qu’entre Charles et Diana
Tout n’était pas si rose, qu’c’était pas l’Nirvana

On n’en dévoile rien. Au nom d’la vie privée !
Est-ce qu’il la frappait ? Est-ce qu’il lui arrivait

De n’pas assurer ? Est-ce qu’il b… mou ?
De leur mésentente y’a juste quelques remous

Dans la presse des bofs. Pourtant leurs problèmes
A part qu’ils sont vernis, sont exactly les mêmes

Que les tiens, que les miens, que les nôtres, que les vôtres
Moi c’qui m’gave c’est quand le populo se vautre

Dans ces genres d’histoires sordides de terriens
Qu’on s’dise prince ou princesse n’y change trois fois rien

Et quand sur l’canapé j’attends chez mon dentiste
Qu’on m’dise que c’est mon tour cette fois d’entrer en piste

Je laisse sans les toucher les « Closer » et « Voici »
Leurs articles pour moi ont un goût de rassis

Les choix du plus grand nombre chez moi ont peu d’attrait
J’écris pour quelques uns, les autres restent en retrait

Les foules ne sont jamais une preuve de qualité
Je le dis sans réserve et sans ambigüité

Bon vent William ! qui sait un jour couronné ?
Ton Dad attend toujours… Pas encore détrônée

La vieille, bon pied bon œil, trace encore son chemin
Ça m’étonnerait qu’à Charles elle passe enfin la main (29)

Mais c’dernier j’aimerais bien qu’il lui fasse une requête
Elle m’a pris quelque chose qu’elle porte sur la tête

J’aimerais qu’elle me le rende. Il s’agit d’un… diamant
Son ancêtre au mien l’a pris, y’a un moment (30)

Ce dernier lui-même, j’l’avoue l’avait volé
– A l’époque c’tait comme ça, ya pas d’quoi s’affoler –

En Inde, au Grand Moghol ! En c’moment c’est la reum (31)
Qui l’détient. Et même qu’il y a un paquet d’keums (32)

Qui le réclament là-bas au pays des Rajahs
Ça fait bien quelques siècles Sahib, d’ores et déjà

Elle fait la sourde oreille. Ça vient pas d’la vieillesse
La Queen entend c’qu’elle veut ! On la taillerait en pièces

Que du caillou elle en cèderait pas un morceau
Les diams de la couronne c’est pas pour les pourceaux !

Selon her Majesty… Je r’ferme la parenthèse
Que l’diam un jour m’revienne ça reste une hypothèse

Flash back sur le mariage de nos jeunes mariés
Dont l’jour de l’union fut décrété férié

Un peu d’temps a passé sur les feux de l’amour
On r’trouve son quotidien, sa m… de tous les jours

Et je r’passe en revue, non sans attention
Les divers épisodes de cette soap passion

Pubards et journaleux y ont trouvé leur compte
Dans toutes ces histoires d’un jour qu’on vous raconte

Vendre de l’air et du vent, franchement c’est un métier
Je sais de quoi j’te cause, en toute amitié

Dans tout ça j’m’étonne que là-bas Outre Manche
Aux rois on leur donne encore carte blanche

Que d’vant leurs rejetons on reste bras ballants
Pourtant les British sont un peuple de talent

Or partout ailleurs, ça c’est pas un secret
Les rois et les reines savent se montrer discrets

En Suède, en Hollande, au Danemark, en Espagne
Ils ont pris du recul sans guerre et sans castagne

Y’a que chez les Anglish que l’vieil ordre perdure
Les archaïsmes là-bas ont encore la vie dure

Mais moi c’que j’ai appris en ce pays de France
Ce à quoi je souscris s’appelle… « l’irrévérence »

Sur terre sans Dieu ni maître, tel en est l’héritage
L’homme tel qu’en lui-même, essence du partage

L’homme placé en premier, ni sujet ni divin !
Ce n’sont pas là propos de cocarde ou d’chauvins

Tout juste le bon sens à sa juste mesure
L’âme universelle qui n’connaît pas d’usure

Libre comme le vent, gardant les pieds sur terre
Libre qu’aucun règne ni pouvoir n’altère

Cette leçon me plaît c’est la seule valable
A l’école de la vie j’en veux plein mon cartable

Lecteur t’es presque au bout de ce long plaidoyer
Dans ses méandres j’espère tu t’es pas trop noyé

Sache seulement que Reza de ces âmes bien nées
Voulait tailler l’costard pour le restant d’l’année

Quant aux grands de ce monde il s’en gausse et en rit
Il se f… de leurs titres, p… sur leurs armoiries

Au milieu d’leurs concerts il se dit refuznik
Les familles royales par principe il les n…

C’est en tant que rebelle qu’il entre dans la danse
C’est son hygiène de vie, honi qui mal y pense (33)

Et si parfois t’entend dans la clameur d’la fête
Une voix discordante qui grince et prend la tête

Une voix qui fait tache, une petite voix qui couine
C’est la sienne brother qui fait « God save the Queen !

Reza Afchar Nadéri
Paris, le mercredi 11 mai 2011


1. « Wills » est le surnom donné par la presse people britannique au prince William.
2. A l’âge de 18 ans le prince William, à grand renfort de publicité, a rejoint en toute indiscrétion un groupe caritatif de volontaires dans le village de Tortel au Chili.
3. Les photos montrant  le prince nettoyant les lieux d’aisance du village communautaire chilien ont fait le tour du monde.
4. Les plus grandes agences photographiques étaient présentes dans les WCs pour effectuer les prises de vue le mettant en scène lors de cette occupation ayant attendri bien des chaumières.
5. Kate Middleton, en janvier  2001, s’est engagée aussi dans une aventure humanitaire au Chili en aidant à la construction d’une caserne de pompiers dans le village de La Tapera. Etrange coïncidence géographique qui veut que le beau monde britannique se retrouve également sur les mêmes destinations caritatives !
6. Le Bélize, Rodriques… C’est entre région paradisiaque d’Amérique Centrale et perle de l’océan Indien que le prince William a choisi, lors d’une année d’aventure, d’aider son prochain et de fréquenter les pauvres.
7. The Sun, le journal britannique people le plus vendu au monde, est le support de prédilection pour les ragots et tous les commérages touchant de près ou de loin à la famille royale.
8. Un protocole très strict définit les rapports de la reine d’Angleterre avec ses sujets. On ne lui parle que si elle vous adresse la parole. Si elle sourit et recule d’un pas cela signifie que la conversation est terminée.
9. C’est à l’université écossaise de Saint Andrews que Kate et William se sont rencontrés. Une institution très sélecte ayant servi de cadre à l’idylle entre le prince et la jolie roturière.
10. Kate Middleton est la fille d’un millionnaire et d’une hôtesse de l’air.
11. David Backham, footballeur culte et icône de la mode british fut, avec son épouse Victoria (ex Spice Girl) un des premiers invités people à pénétrer dans l’abbaye de Westminster pour assister à la célébration du mariage princier.
12. Elton John, pop star britannique, fait partie des chanteurs à grand succès international.
13. En 1973, Elton John publiait un double album intitulé « Goodbye Yellow Brick Road ». Où figurait une chanson intitulée « Candle in The Wind » écrite en hommage à Marilyn Monroe. Un morceau devenu célèbre en 1997 lors des obsèques de la Princesse Diana à qui il fut dédié. Remake ou… réchauffé ?
14. Tu tèjes : « tu jettes »  en verlan.
15. Nemrod, roi biblique incarnant la démesure et la tentation de s’élever contre le créateur. Il a été l’architecte de la fameuse tour de Babel.
16. L’ordre de la Jarretière (Most Noble Order of the Garter) est le plus élevé des ordres de chevalerie britannique.
17. Mister Bean, protagoniste de la série comique de télé du même nom mettant en scène « un enfant dans le corps d’un adulte » pour qui tout événement  du quotidien devient une source d’ennuis.
18. Première des compagnies européennes fondées au XVIIe siècle pour conquérir « les Indes » et dominer les flux commerciaux de l’époque. Elle marquera profondément la création du futur empire colonial britannique.
19. Allusion aux manifestations d’étudiants à Londres, en décembre 2010, contre le triplement des droits universitaires.
20. En mars 2010 des manifestations se déroulent à Londres pour protester contre la politique d’austérité du gouvernement. Des magasins et banques de Piccadilly, artère chic du centre de Londres, sont pris pour cibles des mécontentements.
21. Lire notre « Burka Slam » où sont évoqués quelques « flambeurs » du gouvernement Sarkozy.
22. La Veuve : surnom de la guillotine, hérité de son prédécesseur,  la potence.
23. L’exécution de Louis XVI par décapitation eut lieu le 21 janvier 1793 à 10h22, à Paris, sur la place de la Révolution (devenue en 1795 la place de la Concorde). C’est un événement majeur de la Révolution française, et plus généralement de l’histoire de France.
24. Le 3 juin 1937, après avoir abdiqué, Edouard VIII épouse Wallis Simpson, une Américaine divorcée à deux reprises. En effet l’Eglise d’Angleterre, dont le roi est le chef, interdisait un remariage après un divorce.
25. Le coin des poètes, dans l’abbaye de Westminster (Poets’ Corner) est une section du transept sud où un grand nombre de poètes, de dramaturges et d’écrivains sont enterrés ou commémorés.
26. Oscar Wilde, de son nom complet Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde, est un écrivain irlandais, né à Dublin en Irlande le 16 octobre 1854 et mort à Paris le 30 novembre 1900 à l’âge de 46 ans.
27. Auteur du génial « Portrait de Dorian Gray », Oscar Wilde est une victime célèbre de la pudibonderie de l’Angleterre victorienne. Il sera condamné, en vertu d’une loi datant de 1885 interdisant l’homosexualité, à la peine maximale de deux ans de travaux forcés en 1895. Après une période de déchéance dont il ne sortira pas et, malgré l’aide de ses amis, notamment André Gide, il finit ses jours dans la solitude et la misère. Oscar Wilde meurt d’une méningite, âgé de 46 ans, en exil à Paris, le 30 novembre 1900.
28. En 1981, la princesse Diana inaugurait pour la première fois avec le prince Charles le rituel du baiser sur le balcon de Buckingham Palace devant la foule venue les acclamer.
29. Passé la soixantaine, le prince Charles est le plus âgé des princes de Galles depuis que ce titre est donné à l’héritier de la couronne. Un record de longévité écoulée dans l’attente de la royauté.
30. Le légendaire diamant, le Koh-i-Noor, fut propriété des empereurs moghols jusqu’en 1739. Nadir Shah, fondateur de la dynastie des Afchar, roi de Perse et conquérant de l’Inde, mit la main sur le diamant après le siège de Dehli. Après la mort de Nadir Shah, le Koh-i-Noor, par des moyens détournés, devint propriété de la Grande Bretagne. En 1936, la pierre est installée sur la couronne de la nouvelle reine Elizabeth, l’épouse du roi George VI.
31. La reum : « la mère » en verlan.
32. Keum : « mec » en verlan.  Le Gouvernement indien a maintes fois fait pression sur le gouvernement britannique et la monarchie pour la restitution de ce joyau. Des réclamations ont également été faites par le Pakistan et l’Iran. Depuis 2006, le diamant reste jalousement gardé dans la Tour de Londres.
33. « Honi soit qui mal y pense » est la devise de l’Ordre de la Jarretière et du souverain d’Angleterre lui-même.


This entry was posted in Slams, Uncategorized. Bookmark the permalink.

4 Responses to Kate & Wills Slam

  1. mancha negra says:

    Beni soit qui mal y pense et joue la contredanse
    pour regarder les dessous des rêves de quat’sous,
    que suscite partout la famille royale bri-tan-nique,
    dont l’empire enfume encore les esprits !
    Merci Reza !
    Mancha Negra

  2. ouf…
    You’re the best !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>