Camarade Zubrowka

Hommage au trentième anniversaire de la création du syndicat Solidarnosc et souvenir d’une cuite mémorable prise en compagnie d’un représentant de la ville de Gdansk, berceau de ce mouvement ayant sonné le glas de la guerre froide dans les pays du bloc de l’Est.


Yo mon frère, l’an dernier voici qu’en plein hiver
J’me jette sur mon phone la tête la première

C’tait l’appel attendu en prov’nance d’l’office
De Pologne pour un trip dont j’ai déjà l’esquisse

A l’aut’ bout du fil c’est la voix d’Elzbieta
Elle imprime en moins d’deux mes desiderata

Ça tombe bien que j’lui dis, comme j’ai déjà raté
A mon corps défendant l’AG de l’AJT (1)

Mon grand tour de Gdansk j’peux maintenant l’entamer
Mieux vaut tard que jamais, ya pas d’quoi s’rétamer

J’arrive frais et dispo au bled de Walesa
Pas question d’traînailler j’débarque fissa

Les meufs de la déco filent toutes au salon d’l’ambre
Moi j’demande le transfert depuis l’zinc à ma chambre

Où m’attend une certaine camarade Zubrowka
Toute fraîche et toute blonde pour un cours de polka

Je règle mon boîtier quand elle sort du frigo
Un coup d’flash et j’lui tire son portrait tout de go

J’lai vétrou (2) super sex, ma mâchoire s’déboîte
J’lai cadré, j’lai shooté, ça y’est c’est dans la boîte

Alors que l’président enquêtait sur l’whisky
Moi j’étais a donf sur un plan plus risky

Sur les traces du bison (c’tait l’angle du sujet)
Son esprit m’habitant j’fais l’papier d’un seul jet

Cette première mise en jambe m’ayant bien inspiré
J’approfondis la chose, j’ai pas l’temps d’respirer

Il faut que j’fasse le tour du lead et du pratique
Des adresses, des bons plans d’la ville hanséatique

Sous le signe du bison j’progresse, c’est mon totem
Je sens mon sang frémir à traiter c’nouveau thème

Zubrowka c’est ma sœur, ma muse, mon héroïne
J’la pecho sous l’bras, cap sur l’chantier Lénine

Mais comme j’ai fait la teuf, qu’j’ai dansé comme un ouf
J’galère pour avancer, je rame, je sens qu’j’étouffe

J’entends des voix qui m’disent : « Cousin prends d’la graine
Camarade ! Faut pas céder à la migraine ! »

« Solidarnosc est là c’est la fin d’la guerre froide ! »
J’étais tout chaud mon frère, j’deviens d’plus en plus roide

Le soir, les tripes en feu, plié au bord du quai
Ayant bien avancé, j’crois qu’jai mis le paquet !

Je m’suis fait une pause cette nuit-là dans ma quête
Loin d’ma chambre d’hôtel j’ai sauvé la moquette

1. AJT : Association des journalistes de tourisme
2. Vétrou : « trouvé » en verlan.

Reza Afchar Nadéri
Paris le 7 septembre 2010

This entry was posted in Slams. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>