Bougrab Slam

Spécial journée de la femme 2011


C’était y’a pas longtemps
C’était fort inquiétant
Tous les jours tout ce sang
Sous les pieds des passants
C’était pas loin du Nil
Fallait être sénile
Pour ne pas les entendre
Que faut-il donc attendre
De ces mots, de ces cris ?
Voilà c’qui était écrit
Partout sur les écrans
Alors qu’j’étais à cran
On lisait ce message :
« Dégage ! Dégage ! Dégage ! »
Pas besoin mon ami
D’sortir d’l’Académie
Pour piger le topo
On l’sent à fleur de peau
Tout ça c’était bien clair
C’tait pas des mots en l’air
Les Egyptiens qui craquent
Qui vous cassent la baraque
Y veulent plus d’Moubarak
Mais chez les politiques
Y’avait pas un qui tique
Dans tout le panier d’crabe
A part… Jeannette Bougrab (1)
C’tait la seule à l’ouvrir
Les autres prêtaient à rire
A peine elle joint sa voix
A ce que tout l’monde voit
Disant qu’il faut qu’ça cesse
Que c’est assez d’bassesse
Qu’y faut bien que l’Raïs
Dégage de son… païs !
Et voilà qu’son big boss
Vient lui chercher des crosses
Fillon lui tire la tronche
Il lui souffle dans les bronches
Il lui dit tout ridé
Qu’c’est « à eux » d’décider !
Qu’elle la mette en sourdine
Motus comme une sardine
Alors cherchez l’erreur…
Le Fillon y m’fait peur
A s’demander encore
A cri ou bien à cor
C’que veulent les Egyptiens !
Or même les batraciens
A quelques pas du fleuve
Qu’il vente ou qu’il pleuve
Quand la révolte fait rage
Accusent le message
François lui fait la pose
On est bien peu de chose
Y’a qu’lui qu’attend d’être sûr
Ça s’appelle la… censure
Bref tout ça c’tait pour dire
Qu’il vous faut arrondir
Les angles et puis le reste
Moi je râle et je peste
D’vant la raison d’état
Quand faut rester dans l’tas
Et c’est pas une première
Si on r’monte en arrière
C’est déjà arrivé
Qu’l’état ait dérivé
L’aut’ fois c’était Rama (2)
N’écoutant qu’son karma !
Vénère… elle a fait fi
D’l’accueil à Kadhafi
Quand il est v’nu chez nous
« On joue pas les nounou
Qu’elle a dit sans façon
C’est pas un paillasson
Que le pays de France
Quoi qu’on dise qu’on en pense
Cela dit sans biaiser
On veut pas d’son baiser »
Ça on l’a pas bien pris
Sitôt qu’on a appris
C’qu’elle a dit en substance
(C’était son jour de chance)
Aussitôt avisé
Là bas à l’Elysée
On fait pas d’la dentelle
On lui r’monte les bretelles
« Fallait être plus adroit
Qu’ils disent, faut marcher droit
Fissa, sans renâcler ! »
L’affaire est vite bâclée…
De Rama à Jeannette
C’est les mêmes fortes têtes
Qui tiennent tête aux moulins
Contre les margoulins
Elles tiennent, elles restent droites
Elles résistent, elles se battent
Pour dire la vérité
Elles ont bien mérité
Elle seules ma déférence
Et l’estime de la France
Reza dresse le bilan
Plutôt horripilant
De toutes les démissions
Qu’ont cours dans la nation :
« Pas de mec qui se mouille
Y’a qu’les meufs qu’ont des c…»

Reza Afchar Nadéri
Paris le 13 février 2011

1. Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat à la Jeunesse :
« Je crois qu’il faut que le président Moubarak parte. Je crois qu’après trente ans de pouvoir il y a quand même une forme d’usure et que la transition démocratique doit aussi toucher l’Egypte. »
La secrétaire d’Etat a été rappelée à l’ordre par le premier ministre le 30 janvier dernier. François Fillon avait déclaré la veille : « C’est le peuple égyptien qui décide ».

2. Rama Yade, secrétaire d’Etat aux Droits de l’homme :
« Le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n’est pas un paillasson, sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort.»
Suite à ces propos Rama Yade a été convoquée au palais de l’Elysée le lundi 6 décembre 2010.

This entry was posted in Slams, Uncategorized. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>