Barbarian Slam

Nouveau plaidoyer pour la langue française

Mon frère aujourd’hui la coupe est plus que pleine
Un mot de quat’ syllabes vient raviver ma peine

Sorti tout droit d’la bouche de ma copine Sophie
Le français dans tout ça passe par pertes et profits

Pourtant la meuf c’est rare qu’elle se plante en causant
En accords et syntaxe plutôt genre plaisant

Elle emploie comme il faut les participes passés
Ses textos je les lis sans jamais me lasser

Mais c’coup-là (1) j’avoue j’peux pas l’ovationner
A l’entendre me sortir ce mot : SO-LU-TION-NER !

Cousine, je sais bien qu’ils sont quelques millions
A faire la même erreur : s’tailler la part du lion

Dans la bidouille des mots et leurs déformations
Qui torturent mes oreilles, côté élocution

Mais c’vocable wallah, on l’a bien trafiqué
Dans l’dico lui-même on le dit  » critiqué » (2)

Question langue j’dis qu’tout l’monde doit faire un peu d’muscul
Pour bien parler français on veut plus s’casser l’c…

Ce phénomène, cousin, ça se termine en « isme »
En grammaire ça s’appelle commettre un « barbarisme »

J’t'explique : il arrive que par commodité
Un mot, traficoté, s’trouve une autre entité

Les gamins, dans c’jeu-là, sont tous des spécialistes
Mais ils ont des excuses… je te donne quelques pistes

Vous « disez » pour « vous dites », « croivent » au lieu de « croient »…
Pendant c’temps chez les grands j’vois qu’la liste s’accroît

Ils disent « assis-toi »… (et si j’ai pas envie ?)
A la place « d’assieds-toi », c’est courant… sur ma vie !

Y’en a des mot tordus et des aberrations
Du genre « acceptation » à la place « d’acception »

Ou encore l’eau « bouillit » ou « bouille » au lieu de « bout »
T’en veux d’autres ? no problem, j’vais t’en servir un bout

Vous « contredites » au lieu de vous « contredisez »
« Dilemne » pour « dilemme » chez les moins avisés

A force, je sens que j’marche sur un tas de cactus
Un « infarctus » me guette… et non un… « infractus »

Mais rev’nons plutôt à ce « solutionner »
Pour piger comment il a pu fonctionner

Et prendre sans façon la place de « résoudre »
Comme dirait Villon « Dieu veuille nous en absoudre » !

Car ça vient avant tout d’un problème de flemme
Les verbes du troisième groupe, c’est ça qui fait problème

C’est plus fastoche de dire « solutionne » que « résous »
Pourtant c’est pas la mort, y’a pas de coup d’grisou

Mais là où ça s’complique vraiment c’est l’subjonctif
Ça prend une tournure qui hérisse les tifs

A la première personne ça donne « solutionnasse »
Décliné comme ça, ça rime avec c…

Il fallait l’prévoir ! Je reprends mon Grevisse (3)
Aux cancres j’vais leur mettre encore un tour de vis

Il y a pas si longtemps à la radio j’entends
Un grand patron de presse (4) (oui ! vous m’en direz tant !)

Employer un autr’ mot qui m’a bien intrigué
Ouvre bien tes oreilles : c’est l’verbe INVESTIGUER

Hé man ! j’en r’viens pas, y’a même lui qui s’y met
Dans l’dico y’a wallou, tu l’y trouveras jamais

Mais ça fait de l’effet, ces mots, d’les répéter
Ça fait style alors on peut se la p…

C’est kif-kif bourricot, tout comme « solutionner »
Ça donne de l’importance comme ça d’les mentionner

Plus c’est long, plus c’est bon tous ces mots torturés
On trouve intelligent d’les complicaturer

Moi je dis qu’c'est l’bon sens qu’il vaut mieux musculer
Laissez tranquille les mouches, pas d’quoi les enc…

Molière au secours, à l’aide Vaugelas (5)
Pour pas voir le carnage vaut mieux pas être là

De l’ado au vieillot c’est le même massacrage
Pour pas que le cerveau se fasse trop de creusage (6)

La règle on s’en f… relax, pas de panique
Y’en a deux qui la tiennent, le troisième qui la n…

La grammaire on oublie : ce s’ra l’mot d’la nation
C’est comme ça qu’on veut que nous résonnassions

Je cause comme ça m’arrange, je vais plus m’rationner
Ce s’ra ma façon, demain d’m'expressionner

A causer utile je vais m’y atteler
Pareil qu’un ministre (7) qui passe à la télé

C’est ce que j’ai fini par me suggestionner
Que l’système est relou, grave congestionné

Désormais je renonce à cette absurditude
Qu’on y gâche son temps, qu’on y passe des études

La syntaxe, pareil, faut l’interruptionner
Histoire que les phrases soient mieux digestionnées

Enfin, je respire, je prends de l’altitude
D’avoir brisé ces chaînes je sens d’la fiertitude

Je parle ma propre langue, je suis tout passionné
C’est pas bon le savoir centralisationné

Y’a trop d’mots dans l’français, que ça donne pas envie
Les cas particuliers ça pollutionne la vie

Plus de loi désormais, c’est tout vu, tout pensé
Voilà un jour nouveau enfin pour le français

A chacun sa façon de s’révolutionner
C’est comme ça que Reza l’a déclarationné.

Reza Afchar Nadéri
Paris, le samedi 23 octobre 2010

1. Lire notre « Texto Slam »
2. Le Petit Robert, « Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française », le Nouveau Petit Larousse,.
3. Maurice Grevisse, « Le bon usage de la grammaire française »
4. Laurent Joffrin, directeur de la rédaction du journal Le Nouvel observateur, sur France Info 105.5, vendredi 22 octobre à 23h50
5. Claude Favre de Vaugelas (1585-1650), le plus célèbre des grammairiens français, incarnant à son époque le « plus pur parler de France »
6. De « creusager » : approfondir, creuser (V. tr. 2009). Barbarisme créé par Clémence Afchar Nadéri, 9 ans, adepte du remaniement fonctionnel de la langue française
7. Lire notre « Yoghourt Slam », le « Slam de la rentrée scolaire »

This entry was posted in Slams, Uncategorized. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>